Une recette : 2 déclinaisons Pot au feu de volaille à l’asiatique

Avec les températures qui baissent, rien de tel qu’un bon pot au feu pour se réchauffer 😉 Ici, je vous propose une version à la volaille avec une touche asiatique qui vous offrira un agréable dépaysement.

De plus, je vous propose 2 autres recettes, pour agrémenter les restes du pot au feu, de manière originale et afin de tout utiliser pour éviter le gaspillage alimentaire tout en se faisant plaisir. Ces 3 recettes ne contiennent aucun des 14 allergènes majeurs (l’huile de sésame étant facultative).

Temps de préparation : 45 min  Temps de cuisson : 1 h 30

Pour 4 personnes

Ingrédients :

  • 1 beau poulet fermier ou une belle pintade fermière d’environ 2 kg (de préférence bio)
  • 3 carottes
  • 2 poireaux
  • 1 gros chou rave ou 2 petits
  • 1 chou chinois
  • 1 gros oignon jaune
  • 1 tête d’ail
  • 6/7 cm de gingembre frais (de préférence bio)
  • 2 bâtons de citronnelle
  • 2 anis étoilé
  • 1 c. à café de poivre de Sichuan
  • 1 petit piment vert
  • 1 beau bouquet de coriandre
  • 5/6 clous de girofle
  • 4 c. à soupe de tamari (sauce soja sans gluten)
  • 1 citron vert (de préférence bio)
  • 2 c. à soupe d’huile de sésame (facultatif)
  • Gros sel
  • Huile neutre

Découper la volaille en morceaux en séparant les cuisses et sous-cuisses, et en coupant en 2 les suprêmes (blancs et ailes). Conserver la carcasse et la briser en deux. Réserver le tout. Peler l’oignon et le couper en mirepoix (gros dés d’environ 3/4 cm de hauteur). Couper la tête d’ail en deux, le gingembre en tranches grossières (avec la peau s’il est bio) et la citronnelle en en tronçons d’environ 2/3 cm de longueur. Dans une grande marmite, faire revenir dans un peu d’huile, l’oignon, la tête d’ail, le gingembre, la citronnelle, le piment vert entier, l’anis étoilé, le poivre de Sichuan et les clous de girofle à feu vif pendant 2/3 min. Baisser le feu et déposer les morceaux de volaille et la carcasse sur le mélange oignon/épices, et recouvrir complètement d’eau froide. Saler avec une bonne poignée de gros sel et porter à ébullition. Laisser mijoter à couvert et à feu doux pendant environ 1 h.

Pendant ce temps, préparer les légumes. Éplucher et laver les carottes, le chou rave et les poireaux (en conservant le vert des poireaux). Tailler les carottes en sifflets (rondelles biseautées) d’environ 2 cm d’épaisseur, puis le chou rave en quartiers assez fin (soit un gros chou rave en 12 morceaux), puis les poireaux en tronçons d’environ 6/7 cm de longueur et les réserver. Pour le chou chinois, détacher les premières feuilles, environ une douzaine, et les tailler en 2 dans le sens de la largeur, puis bien les laver et les réserver. Effeuiller la moitié du bouquet de coriandre et bien la laver.

Au bout d’une heure de cuisson, ajouter dans le bouillon, les carottes, les poireaux et le chou rave, puis laisser cuire toujours à feu doux et à couvert pendant 15/20 min. Puis, au bout des 15/20 min, ajouter en premier les moitiés de feuilles de chou chinois qui contiennent des côtes (la partie dure) et laisser cuire à couvert et à feu doux pendant 5 min. Et ajouter enfin les autres moitiés de feuilles de chou, puis laisser cuire à nouveau à feu doux et à couvert pendant 2 min.

Pour finir d’assaisonner le bouillon, incorporer le jus du citron vert, le tamari et l’huile de sésame. Éteindre le feu et parsemer de pluches de coriandre.

Servir bien chaud en disposant un beau morceau de viande, avec des morceaux de légumes et un peu de bouillon dans une assiette creuse.

Déguster bien chaud éventuellement saupoudré de coriandre ciselée.

P1050098


Et voici pour la recette de base 😉 Et voici 2 autres recettes pour utiliser les restes du pot au feu :

P1050113

Soupe de nouilles de riz/ou de sarrasin à l’asiatique

Pour 4 personnes

Temps de préparation : 20 min  Temps de cuisson : 10/15 min

Ingrédients :

  • Bouillon du pot au feu
  • Carcasse de la volaille cuite
  • 1 bonne poignée de shitakés tranchés et séchés
  • Env. 400 g de nouilles de riz ou de sarrasin
  • Le reste du chou chinois
  • Le reste de coriandre

Récupérer les morceaux de volaille cuite sur la carcasse et réserver. Tailler le reste du chou chinois en fines lamelles et nettoyer et effeuiller le reste du bouquet de coriandre, et réserver.

Dans une casserole, faire chauffer environ une dizaine de louches de bouillon, en ajoutant les tranches de shitakés, et porter à ébullition, à feu doux et à couvert. Dans le même temps faire cuire les nouilles dans une casserole d’eau bouillante selon le temps indiqué sur le paquet.

Ajouter les lamelles de chou et la viande dans le bouillon et laisser cuire à couvert pendant 2 min.

Disposer les nouilles égouttées dans des bols, puis recouvrir du bouillon bien chaud agrémenté de viande, chou et shitakés. Puis parsemer de feuilles de coriandre et éventuellement selon votre goût, de poudre de piment sec.

Déguster bien chaud.


Pour agrémenter les restes de pot au feu d’une autre façon, voici donc ma seconde recette :

P1050122

Blanquette de volaille à l’asiatique

Pour 2/3 personnes

Temps de préparation et de cuisson : 15/20 min

Ingrédients :

  • Restes de viandes du pot au feu
  • Reste du bouillon du pot au feu
  • Restes des légumes de pot au feu
  • 1 boîte de 400 ml de lait de coco
  • 1 jaune d’œuf
  • Poivre

Dans une grande casserole, faire chauffer à feu vif environ 6 louches de bouillon, porter à ébullition et y ajouter le lait de coco. Porter de nouveau à ébullition. Dans un petit bol, mettre le jaune d’œuf et le mélanger vivement avec un peu de sauce bouillon/lait de coco chaude, avant de l’incorporer dans la sauce. Réduire le feu et ajouter les morceaux de viande et les légumes cuits. Laisser réchauffer le tout à feu doux pendant 10/15 min. Parsemer d’un peu de poivre du moulin et servir bien chaud avec du riz thaï ou basmati.

Déguster bien chaud.

J’espère que ces recettes vous plairont et vous réchaufferont bien 😉

Et comme toujours bon appétit et bonne cuisine 😉

 

 

 

 

Pain sans gluten à « la poudre magique »

Depuis quelques temps, je vois, entre autres sur le blog et la page Facebook d’« Allergique Gourmand », mais également sur un article de « Because Gus », une recette de « poudre magique » pour bien faire lever le pain sans gluten. Cela m’a beaucoup intrigué et j’ai donc testé.

Et le résultat est juste magique!!! Une vrai poudre de « perlimpinpain », excusez le mauvais jeu de mot, mais disons qu’il est plutôt d’actualité, et tout particulièrement en ce jour d’Halloween 😉

Je me suis plutôt inspirée des 2 recettes proposées par « Allergique gourmand » et par « Because Gus » pour faire ma propre « poudre magique ».

Pour celle-ci vous aurez besoin de :

  • 25 g de graines de lin brun
  • 25 g de graines de chia
  • 25 g de psyllium blond (ou plantain des Indes, qui est une plante herbacée vivace dont les graines sont riche en mucilage, on en trouve généralement dans les magasins bio au rayon des compléments alimentaires)

Mixer le tout le plus finement possible avec un moulin à café ou un blender suffisamment puissant afin d’obtenir votre « poudre magique ». Et voilà c’est prêt, il ne reste plus qu’à l’utiliser pour faire votre pain sans gluten 😉 Simple, non?

Il faut compter environ 10 g de poudre magique pour 70 g de farine ou/et fécule.


J’ai dons repris ma recette de pain sans gluten habituelle en y intégrant la « poudre magique » ainsi que de la farine de maïs mauve de chez Sol Semilla pour lui donner une couleur qui change un peu et qui s’accorde assez bien je trouve, avec le thème d’Halloween 😉

Et voici donc la recette qui s’en trouve légèrement modifiée :

Recette vegan, sans gluten

Temps de préparation : 25 min  Temps de cuisson : 1 h 05/1 h 20

Pour une belle miche de pain d’environ 800/900 g

Ingrédients :

  • 140 g de farine de riz complet bio
  • 130 g de farine de sorgho
  • 130 g de farine de maïs normal ou mauve bio
  • 50 g de fécule de manioc ou tapioca bio
  • 60 g d’arrow-root
  • 25 g de sucre de canne complet bio
  • 70 g de « poudre magique »
  • 8 g de levure sèche de boulanger (ou 23 g de levure fraîche de boulanger)
  • 10 g de sel fin
  • Graines bio au choix : lin, pavot, sésame, courge… (facultatif)
  • 50 g d’huile d’olive bio
  • 530 g d’eau tiède

Utiliser de préférence un robot pétrisseur avec un crochet.

Bien mélanger dans un récipient la « poudre magique » et l’eau tiède, puis laisser reposer.

Mélanger les farines, la fécule, l’arrow-root, le sucre de canne, le sel et la levure sèche de boulanger sans le bol du batteur. Commencer à mélanger les ingrédients, à faible puissance, avec le crochet du batteur et y ajouter l’huile d’olive. Ajouter le mélange eau/ »poudre magique » (qui a épaissi et ressemble à une sorte de colle gélatineuse) à la préparation. Pétrir la pâte au robot, à puissance moyenne, pendant 5 bonnes minutes, puis continuer de pétrir à puissance un peu plus forte pendant encore 5 min (et y ajouter les graines de votre choix). La pâte doit être bien homogène et pas trop collante.

Fariner votre plan de travail avec de la farine de riz, et y déposer votre pâte. Fariner bien vos mains et façonner une grosse boule et l’aplatir légèrement. La déposer sur une plaque à pâtisserie à trou avec un papier sulfurisé ou une toile de cuisson en silicone légèrement fariné.

Couvrir d’un linge propre et légèrement humide, et placer dans un endroit à température ambiante (au moins 20°C) pendant 1 h/1 h 30, afin de laisser lever la pâte.

Une fois la pâte levée, quadriller le dessus de la pâte avec une bonne lame. Mettre un bol d’eau dans votre four, l’allumer à 240°C/th.8, et enfourner votre pain pour 15 min. Au bout des 15 min, baisser votre four à 180°C/th.6 et laisser cuire entre 50 min et 1 h (selon les fours).

Sortir le pain du four, (il doit sonner creux de partout lorsque vous tapez dessus avec votre doigt, cela prouve qu’il est cuit), le mettre sur une grille et attendre qu’il refroidisse avant de le déguster, si vous en avez la patience bien sûr 😉

P1050061

Bon appétit et bonne cuisine!

 

 

Les épices du Laboratoire de Monsieur Maurice

Aujourd’hui, je tiens à vous faire part d’une collaboration qui me tient particulièrement à cœur. Pour celles et ceux qui ont lu la rubrique Qui suis-je? vous aurez pu voir que j’ai la chance d’avoir une double culture dont je suis très fière, dont la culture mauricienne de par ma Maman chérie.

J’ai repéré, il y a quelque temps sur Instagram (@lelabdemaurice), le superbe projet d’un jeune franco-mauricien, Jérémie, qui met en avant les mélanges d’épices mauriciennes, en les important directement de là-bas, en faisant ses propres mélanges traditionnels et en les vendant sur son site : Le Laboratoire de Monsieur Maurice.

P1040829

Sa démarche est d’autant plus louable car ses mélanges d’épices sont sans traces de gluten aucune (pas de certification mais Jérémie me l’a bel et bien confirmé) !!! C’est pas formidable ça?

Personnellement, je n’utilise que des épices que je rapporte lors de mes voyages à l’Ile Maurice et qui ne contiennent pas de traces de gluten, non plus. De plus la cuisine mauricienne est majoritairement sans gluten et sans lactose, cela peut donc valoir la peine de s’y pencher 😉

Je trouve le projet de Jérémie vraiment superbe, car il permet à toutes et tous de découvrir la gastronomie mauricienne si savoureuse et parfumée à travers des mélanges d’épices traditionnels qui peuvent être utilisés selon vos goûts et affinités culinaires. Si vous souhaitez utilisez les mélanges d’épices en vous essayant à la cuisine mauricienne, pas de panique, Jérémie met à disposition les meilleures recettes de sa Maman sur son site : Les Expériences culinaires de Monsieur Maurice.

En revanche, vous pouvez également laisser libre court à votre imagination et utiliser les mélanges d’épices selon vos inspirations du moment 😉

De mon côté, j’ai testé le mélange d’épices Da (pour daube) qui est composé d’anis étoilé, de cannelle, de clou de girofle, de noix de muscade, de cumin, de cardamone et de poivre ; et j’ai imaginé une recette originale mêlant cuisine française et mauricienne, et la voici pour vous :

Daube de joues de bœuf au vin rouge et épices Da, écrasé de pommes de terre et panais à la noix de coco

P1040765

Recette sans gluten, sans lactose, sans fruits à coque, avec sulfites

Temps de préparation : 40/45 min  Temps de cuisson : 2 h 30/3 h

Pour 4 personnes

Ingrédients :

– Pour la daube :

  • 2 joues de bœuf d’environ 400/450 g chacune
  • 1 oignon jaune
  • 2 gousses d’ail
  • Env. 4 cm de gingembre frais
  • 2 belles tomates charnues (type cœur de bœuf, à défaut une boîte de tomates entières pelée)
  • 1/2 bouteille de vin rouge corsé (type Cahors)
  • 2 c. à soupe de mélange d’épices Da
  • 3 petites branches de thym frais
  • 2 feuilles de laurier
  • 2 c. à soupe de farine de riz complet
  • 2 carrés de chocolat noir
  • 1 petit bouquet de persil (facultatif)
  • Huile neutre
  • Sel

– Pour l’écrasé

  • 4 grosses pommes de terre (type bintje)
  • 3 panais
  • 100 ml de lait de coco
  • 2 c. à soupe d’huile de coco
  • Sel, poivre

Détailler les joues de bœuf en cubes d’environ 4 cm de côté.  Verser le vin dans une casserole et le porter à ébullition pendant au moins 3/4 min afin de faire évaporer l’alcool contenu dans le vin, puis réserver.

Éplucher l’oignon et l’émincer en fines lamelles. Éplucher l’ail, couper les gousses en 2 dans le sens de la longueur, retirer le germe à l’intérieur et les couper en morceaux grossiers. Éplucher le gingembre et le couper en lamelles grossières. Dans un mortier (à défaut un petit mixer), disposer l’ail et le gingembre avec une petite pincée de gros sel, et bien écraser à l’aide du pilon afin d’obtenir un pâte. Détailler les tomates en gros dés et réserver.

Dans une cocotte à fond épais, faire revenir la viande dans un peu d’huile, à feu vif, jusqu’à ce que tous les morceaux soient bien dorés, puis les débarrasser. Ajouter dans la cocotte l’oignon, la pâte ail/gingembre, le thym, le laurier et le mélange d’épices Da et bien faire revenir à feu vif,pendant 2/3 min en ne cessant de remuer. Incorporer les tomates et bien mélanger. Rajouter les morceaux de viande revenus et les saupoudrer avec la farine de riz et bien les enrober du mélange (singer en terme professionnel) pendant 1 à 2 min, verser le vin rouge bouilli et saler. Porter à ébullition et cuire à couvert et à feu très doux pendant au moins 2 h 30, en remuant de temps en temps, jusqu’à ce que la viande soit bien tendre.

Pendant ce temps préparer l’écrasé. Éplucher les pommes de terre et les panais et les découper en morceaux à peu près de la même taille. Les placer dans une casserole d’eau froide avec une grosse poignée de gros sel. Faire cuire à feu moyen pendant environ 20 min jusqu’à ce que les pommes de terre et les panais soient tendres. Dans une petite casserole faire chauffer à feu doux le lait et l’huile de coco. Égoutter les panais et les pommes de terre et les écraser assez grossièrement, puis y incorporer le mélange lait/huile de coco. Saler si besoin et poivrer.

A la fin de la cuisson de la daube, y incorporer les carrés de chocolat, pour lier la sauce et couper l’acidité du vin.

Déguster la daube bien chaude avec l’écrasé de pommes de terre et panais, saupoudrés de persil haché.

P1040812.jpg

N’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil sur le site du Laboratoire de Monsieur Maurice si vous souhaitez apporter un peu de nouveauté et d’exotisme dans votre cuisine 😉

Je vous souhaite un bon appétit et bonne cuisine!