Une recette : 2 déclinaisons Pot au feu de volaille à l’asiatique

Avec les températures qui baissent, rien de tel qu’un bon pot au feu pour se réchauffer 😉 Ici, je vous propose une version à la volaille avec une touche asiatique qui vous offrira un agréable dépaysement.

De plus, je vous propose 2 autres recettes, pour agrémenter les restes du pot au feu, de manière originale et afin de tout utiliser pour éviter le gaspillage alimentaire tout en se faisant plaisir. Ces 3 recettes ne contiennent aucun des 14 allergènes majeurs (l’huile de sésame étant facultative).

Temps de préparation : 45 min  Temps de cuisson : 1 h 30

Pour 4 personnes

Ingrédients :

  • 1 beau poulet fermier ou une belle pintade fermière d’environ 2 kg (de préférence bio)
  • 3 carottes
  • 2 poireaux
  • 1 gros chou rave ou 2 petits
  • 1 chou chinois
  • 1 gros oignon jaune
  • 1 tête d’ail
  • 6/7 cm de gingembre frais (de préférence bio)
  • 2 bâtons de citronnelle
  • 2 anis étoilé
  • 1 c. à café de poivre de Sichuan
  • 1 petit piment vert
  • 1 beau bouquet de coriandre
  • 5/6 clous de girofle
  • 4 c. à soupe de tamari (sauce soja sans gluten)
  • 1 citron vert (de préférence bio)
  • 2 c. à soupe d’huile de sésame (facultatif)
  • Gros sel
  • Huile neutre

Découper la volaille en morceaux en séparant les cuisses et sous-cuisses, et en coupant en 2 les suprêmes (blancs et ailes). Conserver la carcasse et la briser en deux. Réserver le tout. Peler l’oignon et le couper en mirepoix (gros dés d’environ 3/4 cm de hauteur). Couper la tête d’ail en deux, le gingembre en tranches grossières (avec la peau s’il est bio) et la citronnelle en en tronçons d’environ 2/3 cm de longueur. Dans une grande marmite, faire revenir dans un peu d’huile, l’oignon, la tête d’ail, le gingembre, la citronnelle, le piment vert entier, l’anis étoilé, le poivre de Sichuan et les clous de girofle à feu vif pendant 2/3 min. Baisser le feu et déposer les morceaux de volaille et la carcasse sur le mélange oignon/épices, et recouvrir complètement d’eau froide. Saler avec une bonne poignée de gros sel et porter à ébullition. Laisser mijoter à couvert et à feu doux pendant environ 1 h.

Pendant ce temps, préparer les légumes. Éplucher et laver les carottes, le chou rave et les poireaux (en conservant le vert des poireaux). Tailler les carottes en sifflets (rondelles biseautées) d’environ 2 cm d’épaisseur, puis le chou rave en quartiers assez fin (soit un gros chou rave en 12 morceaux), puis les poireaux en tronçons d’environ 6/7 cm de longueur et les réserver. Pour le chou chinois, détacher les premières feuilles, environ une douzaine, et les tailler en 2 dans le sens de la largeur, puis bien les laver et les réserver. Effeuiller la moitié du bouquet de coriandre et bien la laver.

Au bout d’une heure de cuisson, ajouter dans le bouillon, les carottes, les poireaux et le chou rave, puis laisser cuire toujours à feu doux et à couvert pendant 15/20 min. Puis, au bout des 15/20 min, ajouter en premier les moitiés de feuilles de chou chinois qui contiennent des côtes (la partie dure) et laisser cuire à couvert et à feu doux pendant 5 min. Et ajouter enfin les autres moitiés de feuilles de chou, puis laisser cuire à nouveau à feu doux et à couvert pendant 2 min.

Pour finir d’assaisonner le bouillon, incorporer le jus du citron vert, le tamari et l’huile de sésame. Éteindre le feu et parsemer de pluches de coriandre.

Servir bien chaud en disposant un beau morceau de viande, avec des morceaux de légumes et un peu de bouillon dans une assiette creuse.

Déguster bien chaud éventuellement saupoudré de coriandre ciselée.

P1050098


Et voici pour la recette de base 😉 Et voici 2 autres recettes pour utiliser les restes du pot au feu :

P1050113

Soupe de nouilles de riz/ou de sarrasin à l’asiatique

Pour 4 personnes

Temps de préparation : 20 min  Temps de cuisson : 10/15 min

Ingrédients :

  • Bouillon du pot au feu
  • Carcasse de la volaille cuite
  • 1 bonne poignée de shitakés tranchés et séchés
  • Env. 400 g de nouilles de riz ou de sarrasin
  • Le reste du chou chinois
  • Le reste de coriandre

Récupérer les morceaux de volaille cuite sur la carcasse et réserver. Tailler le reste du chou chinois en fines lamelles et nettoyer et effeuiller le reste du bouquet de coriandre, et réserver.

Dans une casserole, faire chauffer environ une dizaine de louches de bouillon, en ajoutant les tranches de shitakés, et porter à ébullition, à feu doux et à couvert. Dans le même temps faire cuire les nouilles dans une casserole d’eau bouillante selon le temps indiqué sur le paquet.

Ajouter les lamelles de chou et la viande dans le bouillon et laisser cuire à couvert pendant 2 min.

Disposer les nouilles égouttées dans des bols, puis recouvrir du bouillon bien chaud agrémenté de viande, chou et shitakés. Puis parsemer de feuilles de coriandre et éventuellement selon votre goût, de poudre de piment sec.

Déguster bien chaud.


Pour agrémenter les restes de pot au feu d’une autre façon, voici donc ma seconde recette :

P1050122

Blanquette de volaille à l’asiatique

Pour 2/3 personnes

Temps de préparation et de cuisson : 15/20 min

Ingrédients :

  • Restes de viandes du pot au feu
  • Reste du bouillon du pot au feu
  • Restes des légumes de pot au feu
  • 1 boîte de 400 ml de lait de coco
  • 1 jaune d’œuf
  • Poivre

Dans une grande casserole, faire chauffer à feu vif environ 6 louches de bouillon, porter à ébullition et y ajouter le lait de coco. Porter de nouveau à ébullition. Dans un petit bol, mettre le jaune d’œuf et le mélanger vivement avec un peu de sauce bouillon/lait de coco chaude, avant de l’incorporer dans la sauce. Réduire le feu et ajouter les morceaux de viande et les légumes cuits. Laisser réchauffer le tout à feu doux pendant 10/15 min. Parsemer d’un peu de poivre du moulin et servir bien chaud avec du riz thaï ou basmati.

Déguster bien chaud.

J’espère que ces recettes vous plairont et vous réchaufferont bien 😉

Et comme toujours bon appétit et bonne cuisine 😉

 

 

 

 

Pain sans gluten à « la poudre magique »

Depuis quelques temps, je vois, entre autres sur le blog et la page Facebook d’« Allergique Gourmand », mais également sur un article de « Because Gus », une recette de « poudre magique » pour bien faire lever le pain sans gluten. Cela m’a beaucoup intrigué et j’ai donc testé.

Et le résultat est juste magique!!! Une vrai poudre de « perlimpinpain », excusez le mauvais jeu de mot, mais disons qu’il est plutôt d’actualité, et tout particulièrement en ce jour d’Halloween 😉

Je me suis plutôt inspirée des 2 recettes proposées par « Allergique gourmand » et par « Because Gus » pour faire ma propre « poudre magique ».

Pour celle-ci vous aurez besoin de :

  • 25 g de graines de lin brun
  • 25 g de graines de chia
  • 25 g de psyllium blond (ou plantain des Indes, qui est une plante herbacée vivace dont les graines sont riche en mucilage, on en trouve généralement dans les magasins bio au rayon des compléments alimentaires)

Mixer le tout le plus finement possible avec un moulin à café ou un blender suffisamment puissant afin d’obtenir votre « poudre magique ». Et voilà c’est prêt, il ne reste plus qu’à l’utiliser pour faire votre pain sans gluten 😉 Simple, non?

Il faut compter environ 10 g de poudre magique pour 70 g de farine ou/et fécule.


J’ai dons repris ma recette de pain sans gluten habituelle en y intégrant la « poudre magique » ainsi que de la farine de maïs mauve de chez Sol Semilla pour lui donner une couleur qui change un peu et qui s’accorde assez bien je trouve, avec le thème d’Halloween 😉

Et voici donc la recette qui s’en trouve légèrement modifiée :

Recette vegan, sans gluten

Temps de préparation : 25 min  Temps de cuisson : 1 h 05/1 h 20

Pour une belle miche de pain d’environ 800/900 g

Ingrédients :

  • 140 g de farine de riz complet bio
  • 130 g de farine de sorgho
  • 130 g de farine de maïs normal ou mauve bio
  • 50 g de fécule de manioc ou tapioca bio
  • 60 g d’arrow-root
  • 25 g de sucre de canne complet bio
  • 70 g de « poudre magique »
  • 8 g de levure sèche de boulanger (ou 23 g de levure fraîche de boulanger)
  • 10 g de sel fin
  • Graines bio au choix : lin, pavot, sésame, courge… (facultatif)
  • 50 g d’huile d’olive bio
  • 530 g d’eau tiède

Utiliser de préférence un robot pétrisseur avec un crochet.

Bien mélanger dans un récipient la « poudre magique » et l’eau tiède, puis laisser reposer.

Mélanger les farines, la fécule, l’arrow-root, le sucre de canne, le sel et la levure sèche de boulanger sans le bol du batteur. Commencer à mélanger les ingrédients, à faible puissance, avec le crochet du batteur et y ajouter l’huile d’olive. Ajouter le mélange eau/ »poudre magique » (qui a épaissi et ressemble à une sorte de colle gélatineuse) à la préparation. Pétrir la pâte au robot, à puissance moyenne, pendant 5 bonnes minutes, puis continuer de pétrir à puissance un peu plus forte pendant encore 5 min (et y ajouter les graines de votre choix). La pâte doit être bien homogène et pas trop collante.

Fariner votre plan de travail avec de la farine de riz, et y déposer votre pâte. Fariner bien vos mains et façonner une grosse boule et l’aplatir légèrement. La déposer sur une plaque à pâtisserie à trou avec un papier sulfurisé ou une toile de cuisson en silicone légèrement fariné.

Couvrir d’un linge propre et légèrement humide, et placer dans un endroit à température ambiante (au moins 20°C) pendant 1 h/1 h 30, afin de laisser lever la pâte.

Une fois la pâte levée, quadriller le dessus de la pâte avec une bonne lame. Mettre un bol d’eau dans votre four, l’allumer à 240°C/th.8, et enfourner votre pain pour 15 min. Au bout des 15 min, baisser votre four à 180°C/th.6 et laisser cuire entre 50 min et 1 h (selon les fours).

Sortir le pain du four, (il doit sonner creux de partout lorsque vous tapez dessus avec votre doigt, cela prouve qu’il est cuit), le mettre sur une grille et attendre qu’il refroidisse avant de le déguster, si vous en avez la patience bien sûr 😉

P1050061

Bon appétit et bonne cuisine!

 

 

Faire son lait d’amande et utiliser l’okara

 

Bonjour à tous! Aujourd’hui je tiens à vous expliquer comment préparer ses propres laits végétaux à base de fruits secs (n’étant pas du tout fan du lait de soja), et également pourquoi il est plus intéressant de les faire soi-même.

LES APPORTS NUTRITIONNELS

Tout d’abord, je ne tiens pas à dénigrer les laits végétaux que l’on trouve dans le commerce (bio ou pas), mais malheureusement ils contiennent très souvent peu de nutriments et beaucoup d’eau. Et j’avoue que, dans mon cas, quand on essaie d’avoir une alimentation bio au maximum, on ressent ce poids sur le porte-monnaie et pas forcément les bénéfices sur le corps.

En effet, la différence majeure, entre un lait d’amande acheté dans le commerce et un autre fait maison, sont les qualités nutritionnelles dans un premier temps. Un lait d’amande du commerce contient environ 2 à 7 % d’amandes selon les marques, des épaississants (naturels ou pas), des arômes (encore une fois naturels ou pas) et éventuellement des stabilisants, des émulsifiants et des ajouts de vitamines et de calcium ; alors qu’en le faisant maison on monte à 10 % ou plus, selon la texture souhaitée, et pas besoin d’épaississant, ni d’arôme (sauf si souhaité), ni d’autres cochonneries.

On imagine donc assez facilement qu’un lait d’amande fait maison sera plus riche en nutriments qu’un lait d’amande industriel.

Prenons en exemple 2 laits d’amande du commerce, un non bio de marque Alpro Nature, un bio de marque La Mandorle nature et notre lait d’amande fait maison :

Pour 100 ml
Teneur en amande
Valeur énergétique
Lipides
Protéines
Glucides
Acides gras saturés
Sucre
Sel
Calcium
Lait d’amande nature Alpro
2 %
24 Kcal
1,1 g
0,5 g
3 g
0,1 g
3 g
0,13 g
120 mg
Lait d’amande nature La Mandorle Bio
6 %
37 Kcal
3 g
2 g
0,5 g
0,27 g
0,3 g
0,01 g
121 mg
Lait d’amande fait maison*
10 %
61,67 Kcal
5 g
3,33 g
0,83 g
0,45 g
0,5 g
0,02 g
201,67 mg
*Pour le calcul des valeurs nutritionnelles du lait d’amande maison, je me suis basée sur les valeurs nutritionnelles du lait d’amande bio La Mandorle qui contient le moins d’additifs (Ingrédients : eau de source, amandes 6% (Sicile et/ou Espagne), algue Lithothamnium Calcareum, épaississant : carraghénanes, extrait de vanille) et qui semble donc se rapprocher le plus de celui fait maison.

Comme vous le constaterez le lait d’amande maison est effectivement beaucoup plus intéressant nutritionnellement parlant.

L’autre avantage majeur, quand vous faites votre propre lait d’amande, est que vous récupérez, une fois le lait passée, une sorte de farine d’amande qui s’appelle l’okara. Ainsi, pas de perte! De plus l’okara d’amande est très riche en fibres, en manganèse, en cuivre, en magnésium et en vitamine E ; et peu servir dans pleins de recettes, que je vais vous donner, bien sûr.

Au final, faire son lait d’amande maison présente beaucoup de bénéfices, aussi bien pour votre porte-monnaie, que pour votre santé.

P1020589

LA RECETTE :

Trempage : 8 à 12 h Réalisation : 10 min

Pour 1 L de lait d’amande

Ingrédients :

  • 100 g d’amandes entières complètes (de préférence bio)
  • 1 L d’eau de source

Dans un saladier, faire tremper les amandes avec le litre d’eau pendant 8 à 12 h.

Placer ensuite le tout dans un blender (suffisamment puissant, minimum 500 Watts et avec au moins 6 lames), mixer pendant 2/3 min en augmentant la puissance au fur et à mesure.

Passer enfin le votre liquide à travers une étamine (linge utilisé en cuisine, à mailles assez peu serrées) ou à travers un torchon bien propre, afin de récupérer votre lait. Afin de passer le lait facilement, rabattre les quatre coins de l’étamine ou du torchon dans une main et pousser à l’aide de l’autre pour bien extraire tout le liquide.

Stocker le lait d’amande dans une bouteille hermétique et conserver le au réfrigérateur pendant au moins une semaine.

Et récupérer l’okara à l’intérieur de l’étamine ou du torchon. S’il n’est pas possible de l’utiliser de suite, le conserver hermétiquement au réfrigérateur pendant minimum 5 jours.

Vous pouvez également utiliser d’autres fruits secs pour faire un lait végétal, comme des noisettes, des noix de cajou (testé et amplement approuvé!), des pistaches, etc…

Pour les recettes à base d’okara je vous propose 2 recettes, et c’est par ici :

N’hésitez pas à me partager vos commentaires et impressions et surtout « Bonne Cuisine »!!!

 

Que mange-t-on pour un petit déjeuner sans gluten?

Personnellement, quand j’ai découvert mon intolérance au gluten, un des repas les plus difficiles à gérer a été le petit déjeuner. Et oui, finies les tartines de baguette grillée avec du beurre salé et de la confiture, finis les croissants, finies les céréales … Enfin je pense que nous sommes tous passés par là!

J’ai testé beaucoup de choses plus ou moins industriels : les corn flakes sans gluten (bof…), les tartines « Le Pain des Fleurs » (très bonnes, mais un peu lassantes, malgré leurs variétés, au bout d’un moment), les galettes de maïs et/ou de riz (pas top nutritionellement parlant) et finalement je me suis rendue compte, qu’il fallait complètement repenser ma façon de prendre mon petit déjeuner.

Il est conseillé en général de consommer des protéines le matin, tout comme il est recommandé de manger des fruits plutôt le matin qu’en fin de repas. En partant de ces faits et ayant plutôt pas mal changé ma façon de me nourrir depuis la découverte de mon intolérance (voir A propos), je me suis mise à consommer énormément de fruits et plus particulièrement en smoothies. Vraiment pour moi les smoothies sont hyper simples à réaliser, bourrés de vitamine et on peut y mettre tous les fruits, épices, laits végétaux, purées de fruits secs… que l’on veut. C’est le petit déjeuner vitaminé idéal, quand on est vraiment pressé à condition d’y mettre au moins une banane (petit conseil…), si on veut que cela soit plus nourrissant et si l’on souhaite avoir le ventre bien rempli jusqu’au déjeuner.

P1010270
Smoothie pomme, framboise, myrtilles et eau de coco

Concernant les protéines, j’avoue que ce n’est pas vraiment l’idéal, et n’étant pas une grande fan du salé le matin, j’ai découvert les graines de chia! Et là vraiment je peux dire, que même si je n’en consomme pas tous les jours, un pudding de chia au lait végétal avec quelques fruits frais et secs, permet vraiment de prendre un petit déjeuner bien complet et qui remplit bien le ventre jusqu’au déjeuner. De plus elles sont bourrées d’excellents nutriments, donc bonnes pour la santé, mais il ne vaut mieux pas en consommer de trop car elles ont également un pouvoir assez laxatif…

P1010563
Pudding de chia au lait de chanvre avec ananas frais, grenade, baies de goji et graines de courge

Le gros avantage avec les graines de chia, c’est que cela prend 5 mins à préparer pour se retrouver avec un pudding bien consistant et qu’on peut les mélanger avec ce que l’on veut : des lait végétaux (amande, soja, riz, chanvre, noisette…), des laits animaux (vache, chèvre, brebis), des jus de fruits (maisons ou pas), des smoothies… Bref les possibilités sont infinies! 

Ma recette de base du pudding de graines de chia est la suivante :

Ingrédients :

  • 2 cuillères à soupe de graines de chia
  • 60 ml de lait végétal nature
  • Miel, sirop d’agave ou sirop d’érable selon votre goût
  • Poudre de cacao cru (facultatif, mais j’adore ça!)

Mettre les graines de chia dans un bol, puis ajouter le produit sucrant en premier (et la poudre de cacao cru, si vous souhaitez en utiliser) et bien mélanger.

Ajouter ensuite le lait végétal et bien mélanger de nouveau. Laisser reposer 5 à 10 min et c’est prêt! Plutôt simple et rapide non?

Ensuite vous pouvez l’agrémenter de ce que vous avez envie : fruits frais, fruits secs, smoothie, granola, compote… De plus cela permet de s’amuser à faire de jolies compositions dans des verres, des bocaux ou des pots de confiture.

P1010696
Pudding de chia au cacao cru et lait de chanvre, smoothie framboise, compotée de pommes et poires au sirop d’érable, cannelle et vanille et granola maison

J’ai aussi découvert qu’il était très facile de faire son propre granola (sorte de muësli), parfait à consommer avec un pudding au graine de chia (par exemple…), du yaourt à base de lait végétal ou de lait animal, du fromage blanc…

Voici donc ma recette de granola maison (il est tout à fait possible de changer les ingrédients si vous le souhaiter ou si certains ne vous conviennent pas) :

Ingrédients (pour environ 250 g) :

  • 50 g d’amandes
  • 50 g de noisettes
  • 30 g de graines de courge
  • 30 g de noix de coco râpée
  • 30 g de graines de sésame
  • 20 g de cranberries séchées
  • 6 cuillères à soupe d’avoine sans gluten 
  • 3 cuillères à soupe d’huile de coco
  • 3 cuillères à soupe de miel ou 4 cuillères à soupe de sirop d’érable
  • 1 cuillère à soupe de sucre de coco

Préchauffer le four à 170°C sur fonction normale. Hacher grossièrement les amandes et les noisettes. Dans un grand saladier, mélanger bien tous les ingrédients, de préférence avec vos mains, pour que le tout s’imprègne bien de l’huile de coco et du miel (ou du sirop d’érable).

Sur une plaque à pâtisserie, mettre une feuille de papier cuisson ou une plaque de silicone, et bien répartir le mélange uniformément à plat.

Toaster le granola au four pendant 15/20 min, en le remuant toutes les 5 min afin qu’il dore uniformément.

Attendre qu’il refroidisse avant de le mettre dans un bocal ou une boîte hermétique.

Voilà, encore une autre recette pour un petit déjeuner sans gluten, facile à préparer et que l’on peut ensuite garder dans un bocal pendant au moins 6 mois, mais je doute que vous n’ayiez pas tout mangé avant 6 mois…

P1010686
Et voilà le granola!!!

Sinon, il m’arrive également de consommer des gâteaux ou biscuits, ou du pain sans gluten que je prépare moi-même, et qui me dure généralement toute la semaine. Mais je vous donnerai ces recettes un peu plus tard, du moins pour les gâteaux et les biscuits…

Enfin, le week-end, je me fais un peu plus plaisir avec mon chéri, en préparant des pancakes ou des crêpes, voire même du salé pour les réveils un peu tardifs, mais cela fera l’objet d’un prochain article sur le brunch.

J’espère que cet article vous aura été utile et que vous penserez à moi quand vous préparerez vos petits déjeuners sans gluglu!

Belle fin de journée et bonne cuisine!